Le chef du peloton de protection du Premier ministre se défend contre l’atteinte à sa réputation

  • Partager cette page

Client

Bruno Saccomani, ancien surintendant de la Gendarmerie Royale du Canada, maintenant ambassadeur du Canada en Jordanie

Juin 2013

Bruno Saccomani, surintendant de la Gendarmerie royale du Canada (la « GRC ») et chef du peloton de protection du Premier ministre (« PPPM »), faisait l’objet d’une vendetta menée par certains membres de la GRC qui s’opposaient aux changements que M. Saccomani avait apportés au PPPM. Grâce à ces changements, le PPPM est désormais reconnu comme l’une des meilleures unités de protection de chef d’État au monde.

Les actes commis à l’encontre de M. Saccomani comportaient des plaintes de harcèlement sans fondement, la transmission aux médias de commentaires méprisants à l’égard de M. Saccomani, et la fuite d’un document confidentiel traitant des membres du PPPM et de la sécurité du premier ministre.

Une équipe de Fasken Martineau a représenté le surintendant Saccomani dans le cadre de cette affaire. L’équipe comprenait Peter Mantas, Guy Giorno, Marisa Victor et Karen Sargeant.