Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Couverture médiatique

Canadian Lawyer cite Norm Keith dans un article sur les accords de poursuites différées

Fasken
Temps de lecture 2 minutes
« Could DPAs aid in dealing with corporate wrongdoing? » par Jennifer Brown, Canadian Lawyer

Canadian Lawyer cite Norm Keith, avocat spécialisé dans notre groupe de pratique Cols blancs – défense et enquêtes, dans un article sur l’instauration potentielle d’un système d’accords de poursuites différées en vue de réduire les actes répréhensibles d’entreprises.

« Je crois que les accords de poursuites différées sont très importants », affirme-t-il. « Aux États-Unis et au Royaume-Uni, le seul moyen qu’a une entreprise cotée en bourse pour survivre, sans que le prix de ses actions ne baisse drastiquement, est de conclure un accord de poursuite différée. »

Certaines personnes, notamment Barutciski et les personnes impliquées dans Transparency International, sont contre de tels accords, ce qui est une « grave erreur » selon Keith.

« Les entreprises n’admettront pas qu’elles ont eu un problème avant qu’elles ne sachent qu’il y existe une solution », dit-il.

« J’estime que les accords de poursuites différées sont nécessaires et utiles. Ils aideront à faire le ménage et à éclairer le concept de corruption, contrairement à ce qui se passe en ce moment », affirme Keith.