Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Couverture médiatique

Le Globe and Mail cite Darrell Wickstrom et Corina Weigl dans un article portant sur la façon dont l’abolition d’un impôt américain pourrait toucher plusieurs personnes au Canada

Fasken
Temps de lecture 2 minutes

« See Canada and die: US ‘death tax’ repeal will be blessing for many » par Michael Babad, Globe and Mail

Le Globe and Mail cite Darrell Wickstrom et Corina Weigl, avocats de Vancouver et Toronto, dans un article portant sur la façon dont l’abolition d’un impôt américain pourrait toucher plusieurs personnes au Canada.

Les avocats Darrel Wickstrom et Corina Weigl du cabinet d’avocats canadien Fasken Martineau ont récemment informé les clients de la firme du dépôt d’une nouvelle loi qui abolirait l’impôt américain sur les successions, mieux connu sous le nom de « impôt de la mort », touchant les gens fortunés après leur décès.

Selon Mes Wickstrom et Weigl, qui pratiquent le droit immobilier chez Fasken Martineau, l’abolition proposée pourrait avoir un impact sur plusieurs personnes qui vivent au Canada et qui, présumément, continueront à y vivre après l’abolition proposée.

« Suivant les règles actuelles, l’impôt américain sur les successions s’applique aux successions des citoyens américains partout dans le monde, et ce, sans égard à leur lieu de résidence », soulignent Mes Wickstrom et Weigl dans leur bulletin, lequel note également qu’on estime à un million le nombre d’Américains vivant au Canada.