Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Couverture médiatique

Canadian Underwriter cite Norm Keith dans un article à propos de la barrière juridique entre les employeurs et leur désir de tester la présence de drogue et d’alcool chez leurs employés occupant des « postes sensibles en matière de sécurité »

Fasken
Temps de lecture 2 minutes
S'inscrire

« Intrusive Testing » par Greg Meckbach, Canadian Underwriter.

Canadian Underwriter cite Norm Keith, avocat de Toronto, dans un article à propos de la barrière juridique entre les employeurs et leur désir de tester la présence de drogue et d’alcool chez leurs employés occupant des « postes sensibles en matière de sécurité ».

 

« Mais un récent jugement « fait contraste » avec la décision Communications, Energy and Paperworkers Union of Canada, Local 30 v. Irving Pulp & Paper Ltd. », suggère Norm Keith, un associé principal chez Fasken Martineau DuMoulin SENCRL, srl spécialisé notamment en droit de l’emploi.

 

« Il y a une distinction entre Irving et le dossier d’injonction de la TTC. Cette distinction est que l’enjeu dans le dossier de la TTC n’est pas seulement la sécurité des travailleurs, mais aussi la sécurité du public en général », note Me Keith, qui est d’avis que les tests aléatoires de dépistage de drogue et d’alcool ont un effet dissuasif similaire aux barrages routiers.

 

« Tout le monde comprend que si vous savez que les policiers sont aux aguets puisqu’il s’agit d’un soir de fête et qu’il y a des chances que vous soyez arrêté, moins de gens auront tendance à être assez stupides pour conduire en état d’ébriété », explique Me Keith.

    Abonnement

    Recevez des mises à jour de notre équipe

    S'inscrire