Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Couverture médiatique

Thestar.com cite Brian Smeenk dans un article sur la réaction de l’ordre des infirmières à l’affaire Wettlaufer

Fasken
Temps de lecture 2 minutes
S'inscrire
« Nurses college under fire over Wettlaufer case » par Sandro Contenta, Thestar.com.

Thestar.com cite Brian Smeenk, avocat de Toronto, dans un article sur la réponse de l’ordre des infirmières à l’affaire Wettlaufer.

Brian Smeenk, avocat en droit du travail, réclame depuis longtemps que l’ordre impose des restrictions provisoires aux infirmiers lorsqu’un employeur signale des pratiques qui mettent clairement le public en danger.

Il représentait l’hôpital Sunnybrook Health Sciences Centre de Toronto au moment du congédiement d’une infirmière toxicomane en février 2013 pour le vol de médicaments à l’hôpital et pour la modification de dossiers médicaux au cours d’une période de cinq ans. « L’ordre professionnel n’a pas imposé de restrictions à sa capacité d’exercer sa profession avant novembre 2015 », affirme Smeenk.

« Entre-temps, l’hôpital n’a eu aucune nouvelle de l’ordre relativement à l’affaire », déclare-t-il. « Nous ne comprenions pas que l’ordre ait pu rendre une décision sans connaître la version de la direction (de l’hôpital) au sujet de ce qui s’est vraiment passé. »

    Abonnement

    Recevez des mises à jour de notre équipe

    S'inscrire