Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Couverture médiatique

Wall Street Journal Pro Cybersecurity cite Alex Cameron dans un article portant sur le Règlement général sur la protection des données

Fasken
Temps de lecture 2 minutes

« Amid GDPR worries, don’t ignore other countries’ rules » par Kate Fazzini, WSJ Pro Cybersecurity

Wall Street Journal Pro Cybersecurity cite Alex Cameron, avocat de Toronto, dans un article portant sur le Règlement général sur la protection des données et sur les moyens de contrer les risques les plus importants.

Toutefois, l’un des pays qu’il faut le plus surveiller est le Canada. Selon Alex Cameron, un associé de Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. pratiquant dans le domaine de la protection de la vie privée et des données qui a témoigné à l’audience, les récentes audiences parlementaires portaient sur des questions liées au consentement, à l’UE et aux possibles modifications à la Loi canadienne en matière de protection de la vie privée. On s’attend généralement à ce que la législation canadienne doive être modifiée à la suite des changements survenus au sein de l’UE. Relativement aux avis de violation, des modifications ont déjà été adoptées et devraient être ajoutées aux lois et règlements plus tard cette année.

À l’échelle nationale, le Canada « a déjà imposé une exigence plus stricte en matière de consentement, qui oblige les [entreprises] à donner assez d’information pour que les personnes comprennent la raison pour laquelle elles donnent leur consentement », affirme M. Cameron. Les organismes de réglementation canadiens envisagent d’adopter d’autres modèles de consentement qui forceront les entreprises à en faire davantage pour obtenir un consentement adéquat relativement à la protection des données.