Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Couverture médiatique

Le Journal du Barreau cite Antoine Aylwin dans un article sur le consentement éclairé en matière de gestion des données personnelles dans le secteur privé

Fasken
Temps de lecture 2 minutes

« Lorsque ‘qui ne dit mot consent’ ne suffit plus » par Marc-André Séguin, Le Journal du Barreau du Québec

Le Journal du Barreau du Québec cite Antoine Aylwin, avocat de Montréal, dans un article sur le consentement éclairé en matière de gestion des données personnelles dans le secteur privé.

Même son de cloche pour Me Antoine Aylwin, dont la pratique se penche également sur la protection de la vie privée. Car si les usagers ont de la difficulté à comprendre à quoi serviront leurs données personnelles ou encore à quel moment elles seront utilisées, il s’agit également d’une difficulté pour les entreprises. « C’est à force de croiser les données qu’on détermine si celles-ci sont utiles, explique-t-il. Le modèle du consentement suppose qu’on sait d’entrée de jeu à quoi serviront les données lorsqu’on les collecte, alors qu’en réalité plusieurs entreprises sont encore en phase exploratoire. Mettre un terme à la collecte pourrait aussi mettre un frein au développement de la recherche. Le modèle du consentement s’érode peu à peu. »