Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Couverture médiatique

Le magazine JWN Énergie cite Peter Mantas dans un article au sujet des lois anti-corruption sévères du Canada après l’abrogation par Trump d’une règle anti-corruption

Fasken
Temps de lecture 2 minutes
« Anti-corruption rules stronger than U.S. in Canada and even Russia after Trump repeal », par R.P. Stastny de jwnenergy.com.

JWN Énergie cite Peter Mantas, avocat d’Ottawa, dans un article au sujet des lois anti-corruption sévères du Canada après l’abrogation de Trump.

« Au niveau juridique, les normes destinées à prévenir la corruption sont maintenant plus sévères quant aux entreprises canadiennes, aux entreprises au Royaume-Uni et même en Russie, croyez-le ou non », déclare Peter Mantas, associé à la firme d’avocats Fasken Martineau DuMoulin.

Même si les règles anti-corruption Cardin-Lugar sont devenues loi en 2010, elles n’entreront en vigueur que l’année prochaine. Mais, entre-temps, l’adoption des règles Cardin-Lugar, la Foreign Corrupt Practices Act (1977) et les mesures de mise en oeuvre rigoureuses ont placé les États-Unis à l’avant-garde de la lutte contre la corruption.

« Parfois, ce n’est pas tant une question de lois, mais plutôt de ce que vous faites avec les lois. Les Américains et, dans une moindre mesure — mais de peu en fait —, les Britanniques ont été très agressifs dans le traitement des enjeux de corruption », affirme Me Mantas.