Passer au contenu principal

IMPORTANT : Pour la sécurité de tous, Fasken conseille aux personnes qui entrent dans ses bureaux canadiens d’être au courant des recommandations en vigueur concernant la COVID-19, lesquelles pourraient comprendre une ou plusieurs des mesures suivantes : distanciation sociale, désinfection des mains, port du masque dans les aires communes et preuve de vaccination complète. Ces mesures s’appliquent aux avocats, au personnel, aux clients, aux fournisseurs de services et aux autres visiteurs.

Couverture médiatique

Le magazine Canadian Lawyer cite Daniel Fabiano et Kateri-Anne Grenier dans un article sur l’augmentation du nombre de violations de données dans le contexte de la pandémie de COVID-19

Fasken
Temps de lecture 2 minutes
S'inscrire

Aperçu

« Data breaches increase with COVID, criminal sophistication » par Elizabeth Raymer, Canadian Lawyer Magazine

Le magazine Canadian Lawyer cite Daniel Fabiano et Kateri-Anne Grenier, avocats de Toronto et Montréal, dans un article sur l’augmentation du nombre de violations dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

« C’est incroyable la complexité qui découle de la pandémie de COVID-19, déclare Daniel Fabiano, associé de Fasken à Toronto. Les gens sont anxieux, stressés et les choses ont changé; voilà un terreau fertile pour qui désire l’exploiter. Et bien que la formation des employés en matière de fraude s’avère essentielle, même des professionnels des TI chevronnés et qualifiés peuvent être dupés par certains de ces pirates », affirme-t-il.

« Pour les petites entreprises, le coût de ces attaques est proportionnellement très élevé », explique Kateri-Anne Grenier, une collègue de Fabiano et associée de Fasken à Québec. « La perte d’activité, le maintien de la réputation et la surveillance des congés compensatoires pour peut-être 100 000 personnes peuvent être coûteux, souligne-t-elle, et aujourd’hui, même les petites entreprises souscrivent une cyberassurance.

C’est l’un des aspects que nous avons vu se développer au cours de l’année écoulée », dit-elle : une politique de cyberassurance pour que les entreprises puissent assumer les coûts qu’engendrent les violations de données.

    Abonnement

    Recevez des mises à jour de notre équipe

    S'inscrire