Passer au contenu principal
IMPORTANT : Pour la sécurité de tous, Fasken exige que toute personne qui se trouve sur place dans ses bureaux canadiens fournisse une preuve de vaccination complète contre la COVID-19. Cela s’applique aux avocats, au personnel, aux clients, aux fournisseurs de services et aux autres visiteurs.
Couverture médiatique

CIM Magazine cite Peter Mantas et Nabila Abdul Malik dans un article sur les différends internationaux

Fasken
Temps de lecture 3 minutes

Aperçu

« International disputes » par Carolyn Gruske, CIM Magazine

CIM Magazine cite Peter Mantas et Nabila Abdul Malik, avocat et avocate d’Ottawa, dans un article sur les différends internationaux.

Ce que les sociétés minières ne peuvent pas prévoir, cependant, ce sont les gouvernements qui changent soudainement d’avis sur les personnes autorisées à exploiter les mines et sur la façon dont elles sont autorisées à le faire. Et ce type d’incertitude est susceptible d’augmenter, selon l’avocat Peter Mantas, un associé de Fasken Martineau DuMoulin spécialisé dans les litiges et basé à Ottawa.

« Je pense qu’il y a une montée du nationalisme autour des ressources, qui reflète plusieurs tendances plus larges. Je pense que la grande tendance est l’inquiétude suscitée par ce que nous avons vu avec les vaccins, avec le nationalisme des vaccins. Les pays commencent à devenir plus sensibles et nerveux lorsqu’ils ont besoin de quelque chose d’essentiel pour servir leur économie ou leur population, et à se demander s’ils seront en mesure de sécuriser ces choses : par exemple, les minéraux clés. Nous avons vu pendant la pandémie que même les alliés se livraient à un certain nationalisme à propos des ressources précieuses. Les vaccins sont une ressource précieuse, mais il en va de même, évidemment, pour les minéraux clés. »

Nabila Abdul Malik, avocate dans le groupe Litiges chez Fasken à Ottawa, peut également indiquer d’autres façons dont la pandémie de COVID-19 a créé un environnement où les gouvernements sont plus disposés à changer les règles pour les sociétés minières. Les prix des métaux ont fait un bond pendant la pandémie, explique Me Malik. « En conséquence, l’industrie minière était destinée à générer des profits, et dans certains pays riches en ressources, l’exploitation minière est la principale industrie. Ce que nous avons vu, c’est que cela a donné lieu à des litiges concernant le calcul des impôts et des redevances. Nous prévoyons également une augmentation des taxes en raison des ramifications économiques de la pandémie. Nous voyons que cela pourrait conduire certains gouvernements à s’engager dans le nationalisme des ressources, non par dans le sens d’une négociations afin de s’approprier une plus grande part de la valeur des ressources naturelles nationales. »