Passer au contenu principal
IMPORTANT : Pour la sécurité de tous, Fasken exige que toute personne qui se trouve sur place dans ses bureaux canadiens fournisse une preuve de vaccination complète contre la COVID-19. Cela s’applique aux avocats, au personnel, aux clients, aux fournisseurs de services et aux autres visiteurs.
Bulletin

Global EV Outlook 2021 : Le rapport de l’AIE sur les perspectives du marché mondial des véhicules électriques

Fasken
Temps de lecture 7 minutes
S'inscrire

Bulletin industrie automobile

L’Agence internationale de l’énergie (AIE), une organisation intergouvernementale ayant son siège social à Paris, a récemment publié la dernière édition du rapport Global EV Outlook sur les perspectives des véhicules électriques à l’échelle mondiale. Le rapport souligne que, malgré les effets délétères de la pandémie sur le secteur de l’automobile, les ventes de véhicules électriques ont battu de nouveaux records en 2020, bondissant de 40 % par rapport à 2019. Environ 3 millions de véhicules électriques ont été immatriculés, ce qui signifie que plus de 10 millions de ces véhicules sont désormais en circulation sur les routes du monde entier. L’Europe a fait des progrès notables dans l’adoption de véhicules électriques, dépassant ainsi la Chine à titre de plus grand marché mondial de ces véhicules.

En 2020, le montant des dépenses des consommateurs pour l’achat de véhicules électriques a atteint le chiffre record de 120 milliards $ US, une hausse de 50 % par rapport à 2019. Les consommateurs peuvent maintenant choisir parmi une gamme plus étendue de modèles, dont un large éventail de nouveaux modèles de véhicules utilitaires sportifs (VUS). En 2020, 370 différents modèles de véhicules électriques étaient offerts et la plus importante hausse quant à la diversité de l’offre a été constatée en Europe. Dix-huit des 20 fabricants mondiaux de véhicules ont annoncé leur projet d’augmenter leur production de véhicules électriques et d’élargir leur éventail de modèles.

Les VUS représentent désormais la moitié de tous les modèles de véhicules électriques sur tous les marchés. Leur marge bénéficiaire plus élevée explique leur prolifération. Le rapport mentionne que l’électrification des VUS à forte consommation de carburant représente une excellente occasion de réduire les émissions.

L’Europe est devenue le « moteur » des marchés des véhicules électriques en 2020. Bien que le marché de l’automobile européen ait connu une baisse de 22 %, le volume d’immatriculation de véhicules électriques a, pour sa part, plus que doublé. L’AIE attribue la hausse des immatriculations de voitures électriques à deux mesures politiques européennes : (1) les normes de performance en matière d’émissions de CO2 de l’Union européenne, qui limitent les émissions moyennes de CO2 des voitures particulières neuves; et (2) l’augmentation des régimes de subventions pour l’achat de véhicules électriques comme mesure de relance visant à contrer les effets de la pandémie. Les incitatifs à l’achat ont entrainé une hausse moyenne de 55 % des ventes de véhicules électriques, notamment en France, en Allemagne et en Italie.

De plus, en 2020, la demande pour les batteries pour ces types de véhicules en Europe a dépassé la capacité de production nationale. La Pologne et la Hongrie sont actuellement les plus importants producteurs de batteries en Europe, mais d’autres usines de batteries seront construites ou sont déjà en cours de construction, et ce, avec le soutien de la Banque européenne d’investissement. En dépit de la demande croissante pour les batteries en Europe, la Chine reste le pays où la demande est la plus importante, et représente près de 80 GWh. La production de batteries automobiles au lithium-ion a d’ailleurs augmenté de 33 % en 2020. Les batteries composées de nickel, de manganèse et de cobalt comptent pour 71 % des ventes mondiales et celles à base de nickel, de cobalt et d’aluminium comptent pour l’autre 29 %. Malgré l’accroissement de la demande, le coût des batteries automobiles a diminué en moyenne de 3 % à l’échelle mondiale, entrainant ainsi une hausse du volume des ventes.

Au Canada, l’AIE mentionne que les infrastructures essentielles de même que les programmes incitatifs pour les véhicules électriques conçus pour atteindre la cible de zéro émission nette ont contribué à ouvrir la voie à la création d’emplois et à l’élaboration d’un plan pour un avenir plus durable. Le rapport fait référence à l’investissement de 1,5 milliard $ CA du gouvernement fédéral visant à accroître la production et l’utilisation des carburants à faible teneur en carbone; au financement de 150 millions $ CA, dans le cadre du Programme d’infrastructure pour les véhicules à émission zéro, visant à appuyer l’installation de bornes de recharge de niveau 2 (c.-à-d. qui utilisent une source d’alimentation de 240 volts) près d’immeubles résidentiels à logements multiples et de milieux de travail; et au financement de 295 millions $ CA, octroyé à la Ford Motor Company par le gouvernement fédéral et la province de l’Ontario, afin de développer la plus grande usine de fabrication de véhicules électriques de Ford en Amérique du Nord.

L’AIE avertit toutefois que les gouvernements doivent mettre en place des politiques plus larges et plus ambitieuses afin d’accélérer la transition vers les véhicules électriques. Pour continuer à progresser en 2021 et au-delà, l’AIE considère qu’il est en effet essentiel d’élargir les politiques relatives aux véhicules électriques, de même que les programmes de soutien. Ces politiques doivent prendre en compte les coûts d’investissement initiaux, encourager la mise en place d’autres infrastructures de recharge et assurer une intégration harmonieuse des nouvelles bornes de recharge dans les systèmes électriques. De nombreux gouvernements peuvent tirer parti des leçons apprises lors de la pandémie. Les politiques de réglementation devraient viser à encourager les investissements dans les technologies durables et peu polluantes, en plus de soutenir l’emploi et la réorientation professionnelle des intervenants de l’industrie. Par exemple, les politiques qui offrent des mesures comme des prêts sans intérêt, des incitatifs proportionnels aux réductions d’émissions grâce à l’utilisation de véhicules électriques et une taxation différenciée pourraient permettre l’accélération de la transition vers les véhicules électriques.

    Abonnement

    Recevez des mises à jour de notre équipe

    S'inscrire