Passer au contenu principal
Ce site utilise des témoins de connexion (« cookies ») en conformité avec notre politique de vie privée. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des témoins de connexion.
Bulletin | Covid-19

Au-delà de la COVID-19 : Cinq clés pour mieux gérer les situations de difficultés financières au sein d’un réseau de franchises

Fasken
Temps de lecture 15 minutes
S'inscrire

Bulletin Franchisage

Même avec les multiples aides gouvernementales, plusieurs entreprises franchisées et, peut-être aussi, quelques franchiseurs, ne résisteront pas financièrement à la perte de revenus causée par la crise de la COVID-19 et, dans plusieurs secteurs d'activité, par les périodes de fermeture obligatoire, ainsi que par les coûts qui devront être engagés pour respecter par la suite les normes qui seront exigées pour assurer la protection de la santé de leurs clients et de leurs employés et pour maintenir la distanciation physique.

Sauf pour les franchiseurs comptant un très grand nombre de franchisés, la déconfiture d'un ou quelques franchisés peut avoir un impact important sur l'ensemble d'un réseau de franchises, notamment en matière de réputation et de crédibilité (dans son marché et vis-à-vis ses clients, ses fournisseurs et ses partenaires). Elle peut aussi constituer un obstacle important à tout développement futur du réseau de franchises (notamment dans les multiples juridictions où la loi oblige le franchiseur à remettre à tout candidat à une franchise un document de divulgation énonçant notamment les fermetures d'entreprises franchisées et les cas de résiliation de conventions de franchise).

Dans certains cas aussi, la déconfiture d'un franchisé a des conséquences financières directes sur son franchiseur. C'est notamment le cas si le franchisé doit des sommes importantes au franchiseur, si le franchiseur a fourni quelque cautionnement ou pris quelque engagement (par exemple, une entente de rachat des stocks ou une lettre de confort) en faveur d'un créancier du franchisé ou si le franchiseur est le locataire principal du local dans lequel le franchisé exploite sa franchise.

Devant cette réalité (actuelle pour certains et prévisible pour plusieurs autres), que devrait faire un franchiseur?

Chaque situation étant différente, il n'y a évidemment pas de recette unique.

Par contre, voici cinq conseils (ou clés) pour gérer de manière proactive les situations de difficultés financières au sein d'un réseau de franchises :

Première clé : Une information complète et à jour

Comme le dit un principe de base en gestion : l'on ne peut gérer que ce que l'on peut mesurer.

Surtout en situation de crise, et encore plus lorsque cette situation évolue quotidiennement, une information complète et à jour est essentielle pour pouvoir en gérer les conséquences financières pour le franchiseur et pour chacun de ses franchisés.

Avec de bons outils technologiques, plusieurs franchiseurs peuvent déjà suivre en temps réel les principaux volets de la situation financière de leurs franchisés.

Pour les franchiseurs qui ne possèdent pas déjà de tels outils, ou dont les outils sont insuffisants pour leur fournir, sur une base continue, une image complète et à jour, il serait approprié de mettre en place divers moyens pour s'assurer d'obtenir rapidement (quotidiennement ou, à tout le moins, hebdomadairement) l'information financière nécessaire pour bien comprendre et suivre la situation financière de chacun de leurs franchisés, ainsi que son évolution.

D'autre part, le franchiseur s'assurera aussi de communiquer rapidement à ses franchisés toute information qui peut leur être utile pour faire face le mieux possible à la crise, notamment à l'égard des divers programmes d'assistance gouvernementaux, ainsi que pour les aider à profiter rapidement et au maximum de toute aide pertinente (autant des autorités gouvernementales que des institutions financières, des bailleurs, des fournisseurs et des autres créanciers).

Nous vous invitons d'ailleurs à consulter régulièrement le Centre du savoir sur la pandémie de Coronavirus (COVID-19) qui contient plusieurs renseignements et ressources utiles pour tout franchiseur et tout franchisé.

Deuxième clé : Une communication franche, ouverte, honnête et transparente

Une communication franche, ouverte, honnête et transparente entre le franchiseur et ses franchisés est aussi un outil essentiel à une saine gestion des conséquences d'une crise.

Au-delà des chiffres, elle permet au franchiseur de prendre le pouls de ses franchisés quant à leur perception de la situation, quant à son impact sur leurs entreprises et sur eux et quant à leur évaluation de la possibilité que leurs entreprises puissent retrouver le chemin de la rentabilité à la fin de la crise.

Depuis le début de la crise de la COVID-19, plusieurs franchiseurs communiquent quotidiennement avec leurs franchisés. Compte tenu du fait que cette crise peut perdurer encore plusieurs semaines (peut-être même plusieurs mois), une communication au moins bihebdomadaire nous semble appropriée.

Pour être vraiment efficace et pour permettre au franchiseur de pouvoir bien gérer la situation (notamment sur le plan financier) de son réseau, il est important que cette communication soit vraiment dans les deux sens (autant des franchisés vers le franchiseur que du franchiseur vers ses franchisés) et qu'elle soit franche, ouverte, honnête et transparente.

Nous vous invitons à relire à ce propos notre récent bulletin Au-delà de la COVID-19 : De nouveaux outils de communication plus rapides et plus flexibles au sein des réseaux de franchises qui traite de la communication au sein d'un réseau de franchises en temps de crise.

Troisième clé : Une évaluation continue

Être bien et rapidement informé et bien communiquer sont des clés importantes, mais insuffisantes à elles seules pour gérer adéquatement les impacts financiers d'une crise majeure.

Un franchiseur prudent devrait aussi évaluer de manière continue l'information qu'il obtient, et celle qu'il possède lui-même, afin d'anticiper, et de pouvoir ainsi gérer, les scénarios probables autant pour chacun de ses franchisés que pour son réseau dans son ensemble.

Dans le cas où, après avoir tenu compte des différentes aides disponibles, le franchiseur estime probable que l'impact financier de la crise sera majeur pour l'un ou plusieurs de ses franchisés, ou même pour son réseau dans son ensemble, il devrait s'assurer d'évaluer sur une base continue l'évolution de la situation afin de prendre, en temps opportun, les meilleures décisions et les mesures les plus appropriées dans les circonstances.

Pour plusieurs franchiseurs, ce serait une bonne idée de se faire alors assister, aux fins de cette évaluation, d'un expert financier et d'un expert juridique expérimentés en planification financière, en redressement financier, en restructuration et, dans les pires cas, en insolvabilité.

Quatrième clé : Une assistance rapide et pertinente

Une quatrième clé vise l'assistance qu'un franchiseur peut offrir à ses franchisés, particulièrement à ceux qui connaissent de plus sérieuses difficultés financières.

Comme nous l'avons vu plus tôt, une première forme d'assistance consiste à renseigner les franchisés, le plus rapidement possible, sur les différents programmes d'aides disponibles et sur leurs mises à jour (autant pour eux que pour leurs employés), et de les aider à en tirer le plus avantage.

Une deuxième forme d'assistance consiste souvent à soutenir ses franchisés, ou même à intervenir pour leur compte, auprès de créanciers des franchisés (institutions financières, fournisseurs, bailleurs, etc.) dans le but de négocier divers accommodements à leurs engagements de nature financière.

Une troisième forme consiste dans la conception et la mise en œuvre de nouveaux moyens de générer des ventes et des revenus pour les franchisés et pour le réseau tels, par exemple, une campagne exceptionnelle de publicité ou de relations publiques, un site internet transactionnel, la livraison, le ramassage, la vente sur diverses plateformes, la vente dans les établissements ou sur les sites d'autres entreprises, la participation à divers projets de collaboration entre entreprises ou de promotion de l'achat local, etc.

Enfin, une quatrième forme d'assistance possible consiste dans une aide financière aux franchisés, ou à certains d'entre eux qui connaissent une période plus difficile.

Cette aide peut elle-même prendre diverses formes comme, par exemple, le report de certains paiements, une réduction de redevances, une contribution spéciale du franchiseur au fond de publicité commun du réseau, des prêts, etc.

Voici quelques conseils pratiques pour tout franchiseur qui souhaite offrir une aide financière à ses franchisés :

1. Soyez intègre et transparent

Pour ce faire, mettez en place des critères clairs et connus des franchisés quant à l'aide financière qu'ils peuvent attendre de vous.

Aussi, si cette aide n'est pas disponible à tous les franchisés, communiquez clairement les critères selon lesquelles elle est accordée afin d'éviter la perception de préférences indues ou de choix subjectifs parmi vos franchisés.

2. Documenter la nature et les modalités de votre aide financière

Dans une période émotive comme celle que vos franchisés et vous vivez à l'occasion d'une crise, il est important d'éviter les malentendus et les erreurs de perception.

Surtout pendant une telle période, il est facile pour un franchisé de croire, par exemple, qu'un report de redevances est plutôt un congé de redevances ou qu'une avance lui est consentie à long terme alors que le franchiseur ne la souhaite que pour la période critique de la crise.

Afin d'éviter de tels malentendus dont les conséquences peuvent être lourdes, il est important de décrire clairement, et par écrit, la nature, la durée, les critères, les conditions et les modalités précises de toute assistance financière offerte par le franchiseur.

3. Donner priorité à l'intérêt du réseau dans son ensemble

Le franchiseur, tout comme ses franchisés d'ailleurs, devrait toujours prioriser l'intérêt général du réseau dans son ensemble sur quelque intérêt individuel (que ce soit celui du franchiseur ou celui d'un franchisé).

Par exemple, si l'octroi d'une aide financière à un, à quelques-uns, à plusieurs ou à tous les franchisés risque de placer le franchiseur dans une situation financière fragile, une telle aide peut, à moyen ou long terme, s'avérer plus néfaste qu'utile à la pérennité du réseau.

Malheureusement, un franchiseur peut être appelé à prendre des décisions difficiles face à certains franchisés, notamment dans le cas où, dans l'évaluation du franchiseur, une entreprise franchisée n'a pas de chance raisonnable de retrouver le chemin de la rentabilité (à court, moyen ou long terme).

Dans ces cas, le franchiseur pourrait plutôt assister le franchisé dans le choix et l'exécution de la meilleure stratégie pour mettre fin, de manière ordonnée et coordonnée, à l'exploitation de cette entreprise franchisée ou, encore, en vue de la vente de ses actifs avant que cela ne devienne trop tard pour ce faire.

Cinquième clé : Une véritable collaboration

Une cinquième clé fort importante pour bien prévenir et gérer les situations de difficultés financières au sein d'un réseau de franchise consiste à susciter, entre le franchiseur et ses franchisés, la synergie qui résulte d'une véritable collaboration entre tous les membres du réseau.

Nous vous référons, à ce propos, à nos récents bulletins intitulés COVID-19 : Une occasion unique de partenariat stratégique franchiseur-franchisés! et Au-delà de la COVID-19 : Un monde différent et une collaboration améliorée entre entreprises et au sein des réseaux qui traitent des avantages d'une telle collaboration au sein d'un réseau de franchisage et de ses importants avantages pour tous les membres du réseau.

En terminant, quelques mots sur une autre situation, soit celle où le franchiseur se retrouve lui-même en difficulté financière.

En sus de gérer sa propre entreprise, un franchiseur dirige aussi un réseau comptant plusieurs entrepreneur(e)s qui ont placé en lui leur confiance et une partie importante de leur avenir et de leurs avoirs.

Un franchiseur a donc la responsabilité, au moins morale, de tenir compte de l'intérêt de ses franchisés dans ses prises de décision, y compris dans le cas où sa propre situation financière devenait précaire.

Avec quelques adaptations, les cinq clés décrites ci-dessus devraient aussi guider le franchiseur qui se retrouve lui-même en situation difficile.

Il est donc d'autant plus important pour un tel franchiseur de faire appel rapidement à des experts financiers et juridiques expérimentés en planification financière, en redressement financier et en restructuration (et, si la situation le demande, en insolvabilité) et d'agir de manière proactive afin, à tout le moins, de réduire le plus possible l'impact de sa propre situation sur celle de ses franchisés.

Fasken possède toute l'expertise et toutes les ressources nécessaires pour bien vous conseiller et vous assister dans tous les aspects de la gestion de votre réseau, y compris en matière de relations avec vos franchisés, d'assistance à vos franchisés, de restructuration et de redressement financier, et ce, partout au monde.

    Abonnement

    Recevez des mises à jour de notre équipe

    S'inscrire